Clichés 2016 ...   Accueil

Clichés 2017

Clichés 2015

Clichés 2014

Clichés jusqu'à 2013 inclus

Les autres clichés un peu plus anciens se trouvent sur la page Clichés avec compact Canon A70.

Les clichés du Soleil pris au jour-le-jour, ainsi que les archives sont sur les pages réservées au Soleil.

L'ordre chronologique des évènements va du plus récent au plus ancien.


Galaxie Ngc891 le 29 novembre 2016

Image de Ngc 891, prise par -5°C et pas de vent. Asi224mc au foyer du T150/750 sur monture Az-Eq5. 2034 clichés de 5s (.png), gain 354, gamma off. Traitements habituels.
Cette galaxie est vue quasiment par la tranche et a un diamètre d'environ 100.000 annnées-lumière. Elle ressemble fortement à notre propre galaxie, et se trouve à environ 30 millions d'années-lumière:

Un petit problème d'alimentation du PC m'a fait relancer SharpCap pour la suite des prises de vues, et comme Sharpcap met par défaut en avi et que j'ai oublié de basculer en png, le reste des prises de vue (plusieurs centaines) a été inexploitable pour moi, ainsi que les darks et les offsets (tous en avi).


Quintette de Stephan le 31 octobre 2016

N'étant pas très satisfait de ma précédente image du Quintette de Stephan, prise le 28 octobre dans des conditions pas très favorables, j'ai décidé de m'intéresser de plus près à ce groupe de galaxies en interaction, et surtout de refaire des clichés avec un ciel favorable et surtout plus de temps de pose.
En faisant des recherches sur le "sky atlas" d'Aladin, et en voyant l'image de la cartographie DSS2 réalisée grâce au télescope de Schmidt du Mont Palomar (pour l'hémisphère Nord), je me suis dit qu'avec les moyens d'aujourd'hui je pouvais rivaliser...Et voilà le résultat de 3h15 de poses unitaires de 10s, ce qui fait 1170 images individuelles additionnées sous DeepSkyStacker. Le matériel ?, et bien il est très modeste, télescope de 150mm à F5 (monture Az-Eq5) et caméra planétaire Asi224mc couleur non refroidie (température affichée du capteur 15°C). Les traitements sont mes traitements habituels (DeepSkyStacker pour l'empilement, PixInsight-LE pour le retrait de gradient, Fitswork, Photoshop et Gimp. Les objets les plus faibles sur cette image ont la magnitude 20 voir plus. C'est quand même pas mal approchant de l'image sur Aladin !

On remarque bien les deux galaxies en collision (Ngc7318A et Ngc7318B). Au-dessus de ces deux galaxies se trouve une région de "flambée" de nouvelles étoiles. Ngc7320C est reliée par une grande queue de marée à Ngc7319. Apparemment ces deux galaxies étaient entré en collision il y a fort longtemps. Ngc7317, 7318A, 7318B, 7319 et 7320c forment le vrai Quintette, car ces galaxies ont le même redshift et sont pratiquement à la même distance, environ 340 millions d'années lumière. Quant à Ngc7320, galaxie beaucoup plus petite, elle ne fait pas partie du groupe et se trouve dix fois plus près de nous, à environ 40 millions d'années lumière:


M76 et Ngc7331 (groupe de galaxies Deer Lick) les 23 et 24 septembre 2016

Encore du beau temps ce week-end, décidément on est gâtés par la météo ces dernières semaines. Deux soirs de suite, vendredi et samedi, à essayer de viser de nouvelles cibles... et toujours depuis mon jardin ! Vendredi soir, j'ai pris une première série de clichés de la nébuleuse du Petit Haltère (ou Little Dumbell) M76, qui se trouve dans la constellation de Persée, proche de Cassiopée. Se trouvant à une distance d'environ 860 années-lumière, son âge est estimé à 3000 ou 4000 ans. Au centre de la nébuleuse se trouve une "naine blanche" de magnitude 13,5. M76 est aussi un des objets les moins lumineux du catalogue de Messier.
Samedi soir, j'ai poursuivi la séance de clichés sur M76.
Voici le résultat de 700 clichés de 10,2s (total environ 2h de pose), pris avec la caméra planétaire couleur Asi224mc montée au foyer du T150/750. Les traitements
sont mes traitements habituels:

Samedi soir, j'ai également imagé le groupe de galaxies "Deer Lick" dominé par la galaxie Ngc7331, groupe situé dans la constellation de Pégase, juste à côté du Quintette de Stephan (qui sera ma prochaine cible). Ce groupe de galaxies n'est pas un amas, les petites galaxies étant beaucoup plus loin que Ngc7331.
Le défi était de savoir ce que cela aller donner d'imager le vrai ciel profond avec une caméra planétaire et des poses unitaires très courtes. Eh bien j'ai été
surpris du résultat, qui est encourageant pour la suite !
Voici le résultat de 730 clichés de 10,2s (total un peu plus de 2h de pose) pris dans les mêmes conditions que M76:


Ngc6826 (Blink Nebula) le 7 septembre 2016

La nébuleuse planétaire du Clignotant (Blink nebula) est située dans la constellation du Cygne. Son nom vient du fait que lorsqu'on la regarde dans un télescope, en vision direct elle a un aspect stellaire sans nébulosités apparentes, alors qu'en vision décalée on voit les nébulosités, ce qui en passant rapidement d'une vision à l'autre semble la faire clignoter.
1200 poses de 3s (gain 202 et gamma 50), 11 darks, 100 offsets, avec le T150/750 sur ma nouvelle monture AZ-EQ5, caméra Asi224mc. Captures en *.png avec SharpCap, addition avec DSS, traitements Photoshop, PixInsight_LE pour le retrait de gradient dû à l’électroluminescence et Gimp pour finaliser:


M27 (nébuleuse de l'haltère) le 26 août 2016

Encore une belle soirée. Et le challenge était de faire mieux que mes anciennes images de M27.
336 poses de 20s (gain 248 et gamma 50) avec la caméra Asi224mc sur le T150/750. Captures en *.png avec SharpCap, addition avec DSS, traitements Photoshop, PixInsight_LE pour le retrait de gradient dû à l’électroluminescence, Fitswork4 pour la réduction du diamètre des étoiles et Gimp pour finaliser. Agrandissement 1,5x.
Nota: j'ai rajouté 170 poses prises un autre soir, dans les mêmes conditions et même cadrage.
L'image est un léger crop à cause de la petite rotation que j'ai du effectuer pour avoir les aigrettes bien verticales et horizontales. 11 darks et 100 offsets bien sûr.
Et voici le résultat de plus de 500 poses de 20s:


NGC6543 (nébuleuse de l'Oeil de Chat) le 24 août 2016

Que de belles soirées en ce moment, il faut dire qu'ici dans l'Est on n'a pas été trop gatés depuis le début de l'année...
J'en ai profité mercredi soir pour tenter la nébuleuse de l'Oeil de Chat NGC6543 avec la caméra Asi224 couleur sur le Newton 150/750. Comme l'objet est très petit j'y ai ajouté la Televue 2x (pas de filtre IR-Cut, ni anti-pollution malgré que j'ai opéré depuis mon jardin). Après-coup j'ai pensé que j'aurais mieux fait de mettre la 2,8 x Klee pour suréchantillonner encore plus.
700 poses de 5s (gain 300 et gamma 50) avec SharpCap en *.png, addition avec AS!2 en drizzle 3x, traitements Registax6 pour les ondelettes, Photoshop et Fitswork4 et enfin finalisation sous Gimp. J'ai fait une petite retouche pour effacer un léger artefact. L'image est un crop:


M57 (nébuleuse de l'Anneau dans la Lyre) en mode planéteux le 7 juillet 2016

Premier essai sur cette nébuleuse avec la caméra Asi224mc au foyer du SW150/750.
Capture SharpCap. 370 images (*.png) de 10,2s et 11 darks. Gain 206.
Traitements Deepskystacker, PixInsightLE, Fitswork et FSview. L'image est un crop.
Voyant que mes images étaient un peu surexposées, j'ai voulu refaire une autre séquence avec un temps de pose unitaire plus court, mais une armada de moustiques a eu raison de moi... Ce sera pour un autre soir !
On remarque la galaxie spirale barrée IC1296 en haut à droite:


Superbe nuit planétaire du 22 au 23 juin 2016...

Quelle beau ciel cette nuit de 22 au 23 juin. Mars et Saturne bien visibles au Sud, bien que basses sur l'horizon. Peu de turbulence d'altitude, par contre un peu de turbulencelente due à un vent local (rafales à 15km/h), donc toujours pas la nuit parfaite, celle que les passionnés d'imagerie planétaire attendent avec impatience. Mais il ne faut pas faire le difficile, d'autant plus que les nuits claires sont extrêmement rares ces derniers temps ici en Alsace.
J'en ai profité pour essayer de régler "aux petits oignons" mon correcteur de dispersion atmosphérique, ce qui n'est pas évident sur des planètes qui sont en
permanence chahutées par la turbulence.

Et voilà ce que cela donne. Ce sont mes meilleurs images planétaires à cette hauteur au-dessus de l'horizon, que j'ai jamais prises. Tout d'abord Mars... 2500 images issues d'une vidéo prise à 80i/s avec la caméra planétaire couleur Asi224mc (gain270), le Maksutov de 180mm, la barlow Televue 2x et l'IrUv-cut. Addition sous "AutoStakkert2.5" et ondelettes sous "Registax6". Les images sont à 100% (ROI 640x480):

Ci-dessus Saturne, 3160 images à 50i/s (gain320), sinon le reste est identique aux conditions de prise de vues de Mars. L'image de gauche a subit un traitement normal aux ondelettes, tandis que l'image de droite a subit un seul traitement sur une seule couche d'ondelettes. De ce fait elle est beaucoup plus douce et plus naturelle, mais manque un peu de détails. Par contre elle est très proche de ce qu'on voit à l’œil derrière un gros télescope, en plus on y distingue l'anneau de Crêpe. Ces deux images de Saturne sont issues de la même prise de vue.


Saturne et Mars le 7 juin 2016...

Enfin une nuit claire ici en Alsace lundi soir, cela faisait un bail ! Je n'y croyais plus, mais le ciel s'est découvert vers 23h. Une turbulence pas possible... je n'allais pas faire la fine bouche quand même, et remettre cela au lendemain, surtout qu'hier soir la météo nous a joué des tours...
Tout d'abord découverte de mon nouvel ADC (correcteur de dispersion atmosphérique), et tentative de réglages (les réglages ne sont pas évidents), puis quelques "avi".
Première constatation, la turbulence est démente, les étoiles scintillent beaucoup, et cela se voit sur les premières vidéos... planètes très basses à 20° et 18° d'élévation, ce qui les place dans une zone naturellement déjà très turbulente, et en plus à raz du toit de mon voisin qui restitue aussi la chaleur de la journée (le toit, pas le voisin !)
J'ai donc fait des vidéos assez longues (plus de 3000 images) pour pouvoir en extraire quelques morceaux pas trop turbulés. Et voilà le résultat, pas terrible, mais bon je m'en contente, car il était temps pour Mars qui diminue déjà en diamètre:

Mak180 + Televue 2x + ADC + Asi224mc + IrUv-Cut. Pour chaque planète, environ 2000 images additionnées. On voit que mon réglage ADC n'était pas parfait, mais bon, c'est déjà mieux que sans ADC.
Pour info, le correcteur de dispersion atmosphérique est nécessaire pour imager les objets très bas sur l'horizon, car à ces hauteurs l'atmosphère agit comme un prisme et décompose la lumière. Et il n'est pas évident de recaler les couches RVB (rouge-vert-bleu) logiciellement avec un fort décalage. L'ADC est constitué de deux lentilles prisme réglables en rotation pour corriger la dispersion


Transit de Mercure le 9 mai 2016...

Rentré de vacances juste à temps dimanche soir, j'ai pu immortaliser ce transit, malgré la fatigue de la route de la veille. Le ciel n'était pas parfaitement dégagé, il était laiteux avec des passages nuageux fréquents. Qu'à cela ne tienne, un tel événement est rare et il faut l'immortaliser. Voici une des images prises en H-alpha avec la lunette solaire Lunt80 et la caméra Asi120mm (1,8ms pour la surface et 22ms pour les protubérances pour chaque pose unitaire, 150 additionnées):


Jupiter et Lune la nuit du 19 avril 2016..

J'ai enfin pu tester la nouvelle Asi178mc derrière le Mak180. Par rapport à ma 224mc, un échantillonnage de fou pour un Mak180, près de 0,09" par pixel ! L'image de Jupiter ci-dessous est à 100%, ce qui fait 480 pixels pour le diamètre de Jupiter de 42" ce soir-là. Et qui, d'après les calculs, donne une focale résultante de plus de 5,6m et un FD d'environ 31 (j'ai utilisé la Televue 2x).
Je n'ai pas utilisé l'ADC, d'une part parce que je venais juste de l'acheter et que je ne le maîtrisais pas encore, et d'autre part Jupiter étant encore assez haut j'ai utilisé la correction logicielle. Par contre j'ai mis le filtre UvIr-Cut et je trouve que les couleurs sont ainsi plus naturelles (je n'ai fait aucune correction couleur au traitement).
Capture en ROI (1024x768) avec SharpCap. Gain à 246 et expo 3ms (à 60i/s). Addition AutoStakkert!2. Ondelettes légères sous Registax6, je n'ai pas trop poussé. J'aurais pu pousser le traitement bien plus loin pour faire mieux ressortir les détails, mais cela dénature les images, ce n'est plus très réel !
Environ 1880 images retenues pour le premier cliché sur 2000. Ceci a été possible car le début de soirée a été calme, peu de turbulence, mais cela s'est gâté par la suite, de sorte que j'ai arrêté les captures de bonne heure...
... la suite, c'était la Lune en haute résolution. Malheureusement la turbulence, qui était relativement contenue pour Jupiter, devenait de plus en plus forte, et j'ai donc dû renoncer à imager la Lune en HR. Une des rares images prises ce soir-là, avec le cratère Schickard (au milieu à gauche) et le cratère allongé Schiller.
La turbulence était devenue tellement forte que je n'ai pu retenir que 320 images sur 1000 ! Image prise directement au foyer. L'image ci-dessous est un découpage réduit de l'originale qui fait 2400x2000 pixels (pleine résolution du capteur de l'Asi178mc):

Jupiter la nuit du 17 mars 2016...

Après la Lune, Jupiter montait de plus en plus haut dans le ciel, mais avec de plus en plus de turbulence. Qu'à cela ne tienne, le matériel était en place, il fallait donc en profiter. Le temps de rajouter la barlow 2x Televue, de faire la mise au point (pas facile !), et voilà le résultat. Sur l'image de gauche, on aperçoit en bas à droite, une nouvelle tache orange en formation, et qui grandit de plus en plus. Elle est déjà appelée "la Petite Tache Rouge":

Animation sur 5mn (entre 21h22 et 21h30), avec la sortie du satellite Io de derrière la planète, ainsi que le passage de Callisto devant Jupiter (en haut).

Deux heures plus tard (entre 23h27 et 23h35), animation sur 8mn, avec en haut à droite Callisto, et son ombre sur la planète.


La Lune en haute résolution en soirée du 17 mars 2016...

Encore une belle soirée, peu turbulente en début de nuit, ce qui permettait de faire de l'imagerie haute résolution de la Lune, dans la mesure bien sûr de la résolution du Maksutov180. Cette résolution fût atteinte, ce qui ne fût pas le cas un peu plus tard sur Jupiter car la turbulence devenait de plus en plus forte.
Le matériel employé: Mak180 et caméra Asi224mc (couleur) directement au foyer du Mak. Plusieurs films de 1000 images.

Tout d'abord la région du cratère Platon et la Vallée des Alpes avec sa rainure centrale qui ne dépasse pas quelques centaines de mètres de largeur (à la limite de la résolution du Mak). 770 images retenues sur 1000 et assemblées:

La chaîne de montagne des Appenins. 680 images retenues sur 1000:

L'immense cratère Clavius rempli de cratères de toutes les dimensions. 650 images sur 1000:

Et pour finir, les cratères Ptolémée, Alphonse et Arzachel, ainsi que le Mur Droit et Rima Birt. La turbulence devenait de plus en plus gênante. 630 images retenues sur 1000:


Jupiter au matin du 9 mars 2016...


Le coeur de M42 et Ngc1977 le 25 janvier 2016...

Premier test de ma toute nouvelle caméra planétaire Asi224mc (en remplacement de la Asi120mc). Montée sur le télescope de 150mm de diamètre, à F5, je visais la nébuleuse d'Orion (M42). La Lune, à seulement un jour après la "Pleine Lune", était très gênante. Mais qu'à cela ne tienne, il fallait tester cette nouvelle caméra planétaire. 196 clichés de 4s (total 13mn seulement !), 11 darks (pas pour enlever les pixels chauds, car il n'y en a pas) pour supprimer le phénomène d'électroluminescence présent sur ce genre de caméra, et 100 offsets (pour supprimer le léger tramage de fond). Addition sous DeepSkyStacker et post-traitement sous PS CS3 et Gimp. Image réduite (le format de la caméra est de 1304x976 pixels):

Cette caméra déstinée avant tout à l'imagerie planétaire, se montre assez redoutable en ciel profond. Mais elle a ses limites. Bien que très sensible, elle sature très vite sur les objets lumineux au détriment des objets faibles, elle est donc réservée aux poses courtes sur des objets assez lumineux comme les amas, les nébuleuses planétaires, etc.... Ce qui, finalement va permettre de figer plus ou moins la turbulence, et donc d'augmenter la définition des images. D'un autre côté, elle est très sensible dans le rouge, notamment en H-alpha, mais moins sensible dans le bleu. La preuve ci-contre, sur la nébuleuse Ngc1977 (Running Man) située au-dessus de M42. 200 poses de 10s (33mn), 11 darks et 100 offsets ont été nécessaires pour faire ressortir un peu les nébulosités émettant dans le bleu.

Les deux images ont été prises avec le télescope Newton de 150mm de diamètre et de 750mm de focale.