Clichés 2018 ... Retour Accueil

Clichés 2017

Clichés 2016

Clichés 2015

Clichés 2014

Clichés jusqu'à 2013 inclus

Les autres clichés un peu plus anciens se trouvent sur la page Clichés avec compact Canon A70.

Les clichés du Soleil pris au jour-le-jour, ainsi que les archives sont sur les pages réservées au Soleil.

Sur la page des téléchargements se trouvent un bon nombre de mes images sous forme de diaporamas-films et de fonds d'écrans.

L'ordre chronologique des évènements va du plus récent au plus ancien.


M87 et son jet de plasma énergétique le 11 mai 2018

Pour cette dernière nuit claire annoncée, j'avais prévu d'imager M65 pour compléter le Triplet du Lion, ayant déjà fait M66 et Ngc3628 avec la caméra planétaire Asi224mc. Mais je me suis rendu compte que je manquerai de poses car M65 allait disparaître plus tôt que prévu derrière mon prunier.
N'ayant pas prévu de plan B, je me suis rabattu sur l'amas de galaxies de la Vierge, me disant que j'allais bien y trouver quelque chose d'assez brillant.
Je me suis souvenu avoir lu récemment un article sur M87 et son jet de plasma très énergétique de plus de 5000 années lumière de longueur, et éjecté par le disque d'accrétion tournant autour du trou noir au centre de la galaxie. Pourquoi pas essayer d'imager ce jet avec une caméra planétaire qui n'est pas faite pour cela. Mais bon qui n'essaie rien n'a rien...

Il y a pas mal de galaxies relativement brillantes dans cet amas de la Vierge, et trouver M87 n'était pas facile. Heureusement la mise en station était très bien faite, ce qui fait que le Goto de la monture Az-Eq5 a trouvé la cible du premier coup, malgré le champ très réduit de la caméra (22' x 16,5' avec le T150/750).

Avec une turbulence assez présente, j'ai du supprimer, au traitement, 265 clichés de 7s sur 1056. L'image finale est donc le résultat de 1h30 de pose totale.
On voit bien le jet de plasma à droite de la galaxie brillante. Et on peut recenser quelques autres galaxies sur cette image. Pour les étoiles on frôle la magnitude 18.
Conditions de prises de vues et traitements: Newton 150/750, caméra planétaire Zwo Asi224mc, DeepSkyStacker (addition), PixInsightLE (retrait de gradient pour éliminer l'electroluminescence) et Gimp (cosmétique):


M106 le 6 mai 2018

Enfin une nuit un peu plus claire que les précédentes. Le vent avait un peu faibli, mais toujours avec de petites rafales. Heureusement que mes haies faisaient un peu office de pare-vent.
M106 était ma cible, ceci parce qu'elle était haute dans le ciel (presqu'au zénith), mais aussi parce que je voulais tester les capacités de la caméra planétaire Asi224mc sur des zones faibles, et ceci toujours en poses très courtes de 3 secondes.
En effet la magnitude surfacique de M106 étant assez faible (13,46) contrairement à sa magnitude visuelle (8,4 à cause d'un centre très brillant), il n'était pas sûr de pouvoir enregistrer avec des poses de 3 secondes lez zones faibles de cette galaxie.
Habituellement pour certaines galaxies faibles déjà imagées précédemment, je prenais comme temps de pose 10 à 20s (exemple Ngc891, Ngc7331, le Quintette de Stephan, etc...). Ceci était nécessaire pour emmagasiner assez de photons, vu le faible diamètre du télescope.
Eh bien, en effet les poses unitaires de 3 secondes se révélèrent insuffisantes, et seul le coeur de M106 ressortait bien. Mais avec une excellente résolution, ce qui n'est pas possible en poses plus longues à cause de la turbulence. Il faut donc faire un choix, ou avoir un coeur lumineux très résolu, ou avoir une belle galaxie, mais moins résolue, et souvent avec le centre surexposé !
Voici donc l'image finale, somme de 2538 poses de 3s, le coeur est bien résolu dans la mesure des possibilités du télescope utilisé.Conditions de prises de vues et traitements: Newton 150/750, caméra planétaire Zwo Asi224mc, DeepSkyStacker (addition), PixInsightLE (retrait de gradient pour éliminer l'electroluminescence) et Gimp (cosmétique):


Ngc3628 (galaxie du Hamburger) 19 avril 2018

Annoncée par Meteoblue comme une belle nuit pour l'observation, la soirée de ce jeudi n'a pas tenu les promesses de Meteoblue. La nuit devait être stable et transparente, eh bien ce fût tout le contraire. Une turbulence très forte (les étoiles scintillaient au zénith, j'ai rarement vu cela), due je pense à un vent de très basse altitude venant de l'ouest, alors que le courant principal en altitude venait lui du nord-est. En plus le ciel était laiteux, très peu transparent. Qu'à cela ne tienne... j'avais sorti le matériel dans l'après-midi, je n'allais pas le remballer sans imager la cible prévue.
Cette cible était Ngc3628 dans le Lion. C'est une galaxie spirale vue par la tranche, faisant partie du Triplet du Lion, mais avec une magnitude surfacique faible. J'ai donc commencé à imager avec la caméra planétaire Asi224mc en poses courtes. Le temps de 3 secondes par pose est le temps que j'utilise habituellement sur les objets du ciel profond. Mais je me suis aperçu que ce temps était un peu trop court vu le ciel faiblement transparent. J'ai donc augmenté le temps de pose à 10 secondes, et là consternation...
En plus de la turbulence forte qui faisait danser les étoiles sur l'écran, j'avais des étoiles allongées ! J'ai vérifié ma mise en station, mais cette dernière était parfaite. En regardant bien le déplacement des étoiles pendant la pose je me suis rendu compte, qu'en plus de l'erreur périodique de la monture, j'avais des déplacements erratiques.
J'ai donc continué avec des poses courtes de 3 secondes, tant pis, on verra bien au traitement. J'avais engrangé plus de 2600 poses, ce qui faisait plus de 2 heures de pose totale.
C'est à la fin de la séance que j'ai enfin compris ce qui était à l'origine de ces déplacements erratiques: c'était le trop bon équilibrage du télescopes sur l'axe de déclinaison. Cela engendrait un petit va-et-vient de la couronne dentée entre les dents de la vis-sans-fin de déclinaison. Il va falloir que la prochaine fois je déséquilibre légèrement le tube et surtout que je refasse le réglage du jeu de l'ensemble Dec et AD (en AD il y a aussi du jeu, et pour ne pas avoir ce va-et-vient il faut également déséquilibrer légèrement l'ensemble télescope-contrepoids).
Voici donc l'image de Ngc3628, avec malheureusement trop peu de poses. Du coup il y a un manque flagrant de signal, dû également à la faible magnitude surfacique de cette galaxie. J'ai laissé volontairement le fond de ciel assez clair, car cela reflète bien les conditions de ciel laiteux.

Conditions de prises de vues et traitements: Newton 150/750, caméra planétaire Zwo Asi224mc, moins de 2000 poses retenues sur 2600, DeepSkyStacker (addition), PixInsightLE (retrait de gradient pour éliminer l'electroluminescence) et Gimp (cosmétique):