Clichés 2014 ...   Accueil

Clichés 2017

Clichés 2016

Clichés 2015

Clichés jusqu'à 2013 inclus

Les autres clichés un peu plus anciens se trouvent sur la page Clichés avec compact Canon A70.

Les clichés du Soleil pris au jour-le-jour, ainsi que les archives sont sur les pages réservées au Soleil.

L'ordre chronologique des évènements va du plus récent au plus ancien.


M42 (nébuleuse d'Orion) et M1 (nébuleuse du Ctrabe) le 23 décembre 2014...

Les belles nuits sont très rares en cette saison, alors il faut profiter de la moindre occasion. Ce que j'ai fait le soir du 23 décembre. Nuit froide (0,7°C et 75% d'humidité) mais sans vent, donc température supportable. Début de soirée avec beaucoup de turbulence, puis cela s'est calmé rapidement, et il n'y avait pratiquement plus de scintillement d'étoiles. Même Sirius était bien calme. J'ai donc mis mon équipement en batterie dans mon jardin, lunette SW 80ED et monture HEQ5 goto, Canon Eos500D non défiltré. Voici la première image, résultat du compositage de 63 poses de 30 secondes à 1600 iso, 6 darks et 10 flats. Il s'agit de la nébuleuse d'Orion (M42), et à gauche le "Running Man" (Ngc 1977):

La cible suivante se trouve dans la constellation du Taureau, il s'agit de M1 la nébuleuse du Crabe. Cette image résulte du compositage de 110 poses de 30 secondes à 1600 iso, 11 darks et 10 flats. Un changement de la batterie du 500D au milieu de la séquence de prises de vues a du créer un léger dérèglement de la mise au point. Le champ couvert par le capteur de l'Eos500D étant très grand par rapport à cet objet, le cliché ci-dessous ne couvre que la moitié du champ initial:

Cette nébuleuse est un rémanent de supernova résultant de l'explosion d'une étoile massive en supernova. Cette explosion a eu lieu en l'an 1054 et avait été observé par les chinois. Elle est située à environ 1600 années-lumière, a aujourd'hui un diamètre d'environ 10 années-lumière, et sa vitesse d'expansion est de 1500 km/s. Un pulsar très énergique (200.000 fois plus d'énergie rayonnée que le Soleil), qui tourne sur lui-même à la vitesse de 30 tours à la seconde, se trouve au centre de la nébuleuse ! C'est ce pulsar qui illumine la nébuleuse.
Le pré-traitement des images a été fait par DeepSkyStacker et le traitement final sous Gimp.

Vers 01h30 du matin, et après les prises de vues, j'ai remplacé l’appareil photo par les oculaires pour observer Jupiter qui montait de plus en plus haut. Les images étaient sublimes avec seulement 80mm de diamètre d'objectif, car il n'y avait pratiquement plus de turbulence. A un moment j'ai pensé mettre le Maksutov 180 en place pour imager Jupiter avec la caméra ASI, mais il faisait de plus en plus froid, et la perspective d'une nuit de Noël chargée le lendemain me fit renoncer. Jupiter sera encore bien observable pendant quelques mois !


Transit de la station spatiale internationale ISS et superbe arche solaire le 29 octobre 2014...

Un transit de la station spatiale internationale devant le Soleil était prévue pour le 29 octobre à 11h09'34", en plus visible de chez moi. Le Soleil étant relativement bas sur l'horizon à cette époque de l'année, l'ISS se trouvait à environ 800 km, donc moins de détails visibles. Il ne fallait pas rater l'occasion. Le brouillard fut très long à se dissiper ce matin-là, et j'ai pu filmer l'événement de justesse:

J'en ai également profité pour imager la grosse tache solaire AR2192 avant qu'elle ne disparaisse derrière le Soleil. En prime une magnifique arche:

Animation et image issues de vidéos prises avec la caméra planétaire Zwo Asi120mm derrière la lunette solaire H-alpha Lunt80s.


M52 et Ngc7635 (nébuleuse de la Bulle) le 18 octobre 2014...

Ce soir-là, superbe ciel étoilé, pas de Lune ni de brouillard. Mais Murphy s'en est mêlé (loi de l'emmerdement maximum). Tout d'abord un problème sur la commande par PC de mon Eos500D m'a empêché de faire des poses de plus de 30s, qu'à cela ne tienne, je ferai le plus possible de poses à 3600 iso. Ensuite, un quart d'heure après les premières prises de vue, le vent a légèrement tourné et la fumée de ma propre cheminée est venue recouvrir la cible pendant un temps assez long (grrrr). Le vent ayant à nouveau tourné, les prises de vue reprirent. Puis c'est l'humidité qui est montée brutalement, et l'objectif s'est recouvert de buée malgré l'utilisation d'un deuxième pare-buée ajusté sur le premier. Il faudra que je me fasse une résistance chauffante pour cette lunette (j'en ai déjà une pour le Mak180, mais elle est bien trop grande pour la lunette). Bon, j'ai arrêté à 122 poses plus 20 darks. Puis, en démontant le matériel, j'ai remarqué que la bague allonge était mal serrée, ce qui a eu comme conséquence la non perpendicularité du plan du capteur par rapport à l'axe optique, et donc étoiles nettes au milieu de l'image et floues sur les bords gauche et droite. Malgré tous ces déboires, voilà le résultat:

L'image a subi une légère rotation puis a été découpée, pour faire disparaître les bords qui étaient effectivement flous. Mais l'essentiel a été sauvé ! A gauche, l'amas ouvert M52 (dans la constellation de Cassiopée). Il est âgé d'environ 35 millions d'années, et sa distance est estimée à 5000 années-lumière (à + ou - 2000 car difficile à estimer vu qu'on le voit au travers des poussières de la Voie Lactée). Son diamètre est estimé à 19 année-lumière. A droite se trouve la nébuleuse de la Bulle Ngc7635. La nébuleuse est composée de gaz excité par l'étoile massive centrale BD+602522 (cette étoile n'est pas vraiment centrale car la vitesse d’expansion de la bulle n'est pas uniforme à cause des nuages de poussières très denses dans la Voie Lactée). Le diamètre de la nébuleuse est d'environ 10 années- lumière !
Conditions de prises de vue: Lunette SW 80ED (80mm de diamètre et 600mm de focale) sur monture HEQ5pro goto. Canon Eos500D NON dé-filtré ! S'il avait été dé-filtré on aurait pu apercevoir les magnifiques volutes rouges de l'émission H-alpha, et la Bulle aurait mérité son nom. En tout 122 poses de 30s à 3600 iso + 20 darks + 10 flats, puis prétraitement DeepSkyStacker et traitement "Gimp".


Ngc7023 (nébuleuse de l'Iris) et Ngc7662 (nébuleuse de la Boule de neige) le 3 octobre 2014...

Les soirées se suivent et se ressemblent, il faut dire qu'on était un peu en manque de beau temps cet été, et maintenant qu'il fait beau, et bien il faut en profiter, même si la Lune est une sacré pollueuse en lumière...
Donc, comme d'habitude dans mon jardin, avec les lampadaires et la Lune, sans filtre anti-pollution, j'ai voulu essayer un nouvel objet, la nébuleuse de l'Iris (Ngc 7023) située dans la constellation de Céphée.
Cette nébuleuse est assez difficile à photographier. Des temps de pose de quelques heures sont courants pour voir les extensions.
A une distance de 1300 années-lumière de nous, cette objet correspond à un amas ouvert associé à une nébuleuse par réflexion. On doit sa couleur bleue dominante à la diffusion de la lumière des étoiles massives de l'amas par des poussières, répandues dans un espace où les études infrarouges révèlent également la présence de ces molécules complexes que sont les PAH (molécules organiques). Sur l'image ci-dessous on observe nettement, sous la forme d'un tracé sombre rectiligne, la trace laissée il y a quelque cinq cent mille ans par l'étoile PV Cephei (aujourd'hui située à une trentaine d'années-lumière de là), lors de son expulsion de l'amas ouvert avant même la fin sa formation.
Les zones sombres (sans étoile) correspondent à des poussières opaques au rayonnement des étoiles en arrière plan. Telle qu'elle se présente ici, la portion bleue de la nébuleuse de l'Iris mesure quelque 6 années-lumière de diamètre:

Pas moins de 80 poses de 30 secondes à 1600iso (plus 10 darks et 5 flats) ont été nécessaires pour faire ressortir un peu les nébulosités. Il en faudrait beaucoup plus en réalité pour faire ressortir les volutes sombres qui garnissent le fond de ciel (parties sombres avec peu d'étoiles sur la photo ci-dessus).
Pour info, je n'ai pas été au-delà de 30s de pose unitaire à cause du fond de ciel très lumineux. Je n'ai pas non plus pu augmenter le nombre de clichés unitaires, la nébuleuse disparaissant derrière le toit de ma maison !
Pour terminer la soirée, je me suis rabattu sur un autre objet insolite, Ngc 7662 ou Blue snowball (Boule de neige bleue), situé dans la constellation d'Andromède:

C'est une remarquable nébuleuse planétaire située à 5600 années-lumière. Son enveloppe gazeuse, de presque une année-lumière de diamètre, affiche une magnitude de 9,20, tandis que son étoile centrale, dont la température dépasse les 75 000 K, est de magnitude 12,50. Il s'agit d'une enveloppe gazeuse en expansion (26 km/s) autour d'une étoile très chaude qui est en fin de vie. Cette étoile (magnitude 12,5) a une température de surface de 75000°C !!! (par rapport à notre Soleil : 5500°C). Avec son fort rayonnement ultraviolet, l'étoile a ionisée l'oxygène dans la couche gazeuse.
Néanmoins, ne comptez pas voir une grosse boule de neige bleue, c'est plutôt un objet presque ponctuel. Le cliché ci-contre n'est qu'une toute petite partie du champ imagé (Lunette 80ED + Eos500D - 30 poses de 30s à 400iso et 5 darks). Il va de soi que pour avoir plus de détails sur un objet aussi peu étendu (30" d'arc) je devrai réessayer avec le Maksutov de 180mm de diamètre et de 2700mm de focale. Pour cela il faudra un ciel bien noir, sans Lune.

Ngc6946 (galaxie du feu d'artifice) et Ngc6939 le 2 octobre 2014...

Comme la Lune était très gênante pour imager les objets du ciel profond, il était judicieux de viser un objet se trouvant haut dans le ciel. Et j'ai pensé à Ngc6946 et Ngc6939. En effet ces objets se trouvaient pas trop loin du zénith.
Séance de 122 poses de 30 secondes chacune à 1600 iso (+ 15 darks et 5 flats). Pas plus de temps de pose unitaire car la diffusion par l'atmosphère de la lumière lunaire ne le permettait pas; il faut dire que je n'ai pas de filtre spécial.
Le traitement a été fait "à l'arrache". Il a fallu pousser un peu les niveaux, car le manque de contraste du à la lumière de la Lune était flagrant. Prétraitements DeepSkyStacker, traitement et réduction Gimp. Lunette SW 80ED sur monture HEQ5pro non autoguidée, Eos500D non défiltré...

En haut à gauche Ngc 6946 qui est une galaxie spirale barrée, située à une dizaine de millions d'années-lumière, et en bas à droite que Ngc 6939 qui est un amas ouvert situé à environ 4000 années lumière.


M33 et M45 le 27 septembre 2014...

Étant resté un peu sur ma fin à cause des nuages trop vite apparus la veille au soir, j'ai remis cela. Le ciel était un peu trop laiteux à mon goût (peu transparent), et l'humidité assez présente (95%). Mais pas un nuage, donc possibilité de poser longtemps.
La première cible a été M33 (galaxie du Triangle), cela allait de soi après le ratage de la veille (seulement 12 poses de prises avant l'arrivée des nuages). Donc cette fois-ci 90 poses de 60s à 1600iso en format RAW, sans autoguidage; 73 ont été retenues + 15 darks et 5 flats. Lunette SW 80ED sur monture HEQ5. Canon Eos500d non défiltré. L'image est un crop de l'originale et très fortement réduite:

90 poses de 1mn, c'est long, et en plus les darks et les interludes entre les poses. Ce qui fait que pour terminer la soirée (il était 1h du matin), j'ai encore pris 30 poses de 60s à 1600iso (toutes retenues) sur l'amas des Pléiades (M45), avec 5 darks et 5 flats. Seulement 30mn de pose totale, il en faudrait au moins le triple, mais la fatigue étant trop forte, j'ai mis fin aux séances d'autant plus que l'humidité approchait alors les 99% ! On remarque bien les nébulosités bleues entourant les étoiles très jeunes de ce jeune amas. L'image est presque plein champ, et fortement réduite:

Les résultats sont encourageant, cela va me motiver à imager ces objets cet hiver quand ils seront très hauts dans le ciel, et que la transparence sera bien meilleure. Prétraitements et traitements sous DeepSkyStacker, finalisations sous "The Gimp".


M31 le 23 septembre 2014...

J'avais sorti le matériel en début de soirée, puis les nuages sont arrivés par le Nord-Ouest. Dans le doute j'ai regardé l'animation satellite infrarouge sur un site météo et j'ai vu que cela n'était que passager, ouf !
Au bout d'une heure les nuages sont partis, le vent s'est levé, la turbulence était assez présente. Mais bon, à 600mm de focale cela devrait le faire...
Le taux d'humidité était relativement bas, vers 70%. Il est remonté vers 00h30 à 90% quand le vent s'est calmé. Mais bon, j'avais pratiquement fini mes acquisitions.
La transparence n'était pas au top (Voie Lactée à peine perceptible), donc illusoire de vouloir faire la grande Dentelle (ngc 6995), et je me suis reporté sur une cible plus classique et plus lumineuse, M31 la galaxie d'Andromède. Depuis le temps que je voulais la refaire avec des temps de pose plus longs.
Alors voilà le résultat de 60 poses de 60s (1 heure de pose totale) + 10 darks + 5 flats à 1600 iso (Canon Eos500D non défiltré et lunette SW 80ED sur monture HEQ5). Aucun rejet de cliché, pas de satellite perturbateur, et monture parfaitement mise en station (pas d'autoguidage).
Le prétraitement et le post-traitement ont été faits sous DeepSkyStacker, ensuite un petit flou gaussien et une conversion en jpeg sous "the Gimp".
On aperçoit très bien les nébulosités sombres de la galaxie, ainsi que les amas d'étoiles de M31. M32 et M101 sont très brillants.
Je n'ai malheureusement pas encore de correcteur de champ pour cette lunette, alors le bords sont un peu flous car l'image est plein champ, pas de découpage (crop), seulement une réduction de 4770x3178 à 960x640.
Les acquisitions ont été faites dans mon jardin avec les lampadaires du quartier bien présents (sans filtre anti-pollution) !

Ci-dessous deux agrandissements sur les bras de la galaxie d'Andromède. On y découvre de nombreux amas d'étoiles, dont ngc206. Les objets les plus faibles identifiables ont une magnitude supérieure à 17 !


Ngc6960 (nébuleuse du Voile) le 16 septembre 2014...

Enfin une nuit étoilée après tout ce temps d’attente ! De chez moi on voyait la Voie Lactée, mais tout juste, et seulement vers le zénith. Il faut dire que l'humidité était bien présente (84% à minuit), et de ce fait la lumière orangée des lampadaires du village est bien diffusée par cette humidité. Donc il était naturel d'imager un objet haut dans le ciel, et ce fût la partie de la nébuleuse du Voile entourant l'étoile 52 Cygni (ngc 6960) qui fût choisie. Ce qui m'imposa des poses courtes (30s maximum) à sensibilité élevée (3200iso). Malgré que la monture (mise en station impeccable) permet des poses bien plus longues, les clichés devenaient quasiment orangés sur mes essais à 2mn de pose et 800iso ! Donc 60 clichés de 30s à 3200iso (je n'ai pas pu en faire plus comme prévu, quelques nuages venant de l'Est et contrecarrant mon objectif de 100 poses) et 5 darks plus 1 flat, avec la lunette SW 80ED (80mm de diamètre et 600mm de focale). J'ai du en rejeter 2 à cause de deux satellites qui ont voulu être immortalisés sur mes clichés. Prétraitement et traitements sous DeepSkyStacker, ajustements géométriques sous Gimp. L'étoile brillante est 52 du Cygne.

L'image est découpée sur l'originale qui a un champ un peu plus grand, et a été fortement réduite en résolution. Il manque la présence des volutes rouges de l'hydrogène, ce qui aurait donné une bien meilleure image, mais mon APN Eos500D n'est pas dé-filtré. Le grain est assez présent, mais à 3200iso c'est normal.


Comète C2014-E2 Jacques le 24 août 2014 ...

Depuis le temps que j'attends de pouvoir l'imager correctement...
Enfin le 24 août au soir une éclaircie en direction de Cassiopée, et comme j'avais mis le matériel en batterie, juste le temps de prendre une série de clichés en direction de la comète. Même pas le temps de changer de la lunette au mak180, les nuages recouvraient à nouveau Cassiopée
Enfin content quand même d'avoir pris à la hâte 16 clichés de 30s à 1600 iso, plus une dizaine de darks, à la lunette SW 80ED (D80 F600).
L'addition s'est fait sous DeepSkyStacker en prenant le noyau de la comète comme référence. Pas de post-traitement sauf découpe dans l'image plein champ, sous Gimp:

Ci-contre le déplacement de la comète de 23h36 à 23h51, soit un quart d'heure.

Ce sont vingt poses brutes de 30s à 1600 iso. La résolution a été fortement réduite pour que le gif animé ne soit pas trop volumineux. Vers la fin l'image devient rougeâtre à cause du voile nuageux de plus en plus opaque.


Test monture Heq5pro goto et Mak180 en imagerie longue pose le 5 août 2014 ...

Ces dernières nuits nétaient pas très propices à l'observation. Mais au soir du 5 août les nuages avaient disparus.
Malheureusement la transparence était plus que mauvaise, le ciel était laiteux et la Lune encore présente.
L'humidité était assez forte (84%), et donc beaucoup de diffusion des lumières parasites (lampadaires et Lune).
Pas de Voie Lactée visible chez moi, alors qu'habituellement elle est bien visible !

J'en ai donc profité pour vérifier l'erreur périodique de ma monture HEQ5pro goto (sans système PEC enclenché, ni autoguidage). Le résultat n'est pas trop mauvais pour ce type de monture, environ plus ou moins 20 secondes d'arc, mais une courbe assez erratique qui sera peut-être difficile à corriger, mais on verra bien...

Après cela mise en station précise de la monture, à l'aide du viseur polaire et du logiciel intégré à la raquette (il est nécessaire de connaître avec précision les coordonnées géographiques du lieu d'observation, ainsi que l'heure précise). Cette opération est nécessaire et doit être particulièrement soignée si on veut un suivi de précision.

Puis une photo test sur Epsilon de la Lyre, avec le Maksutov180 et 2700mm de focale (c'est 3 à 5 fois plus que les focales utilisées habituellement en photo "ciel profond") ! Combien de temps pourrais-je poser avec une telle focale sans autoguidage ? Je m’attendais à 15 secondes tout au plus. Eh bien testons déjà 120 secondes; quelle ne fut pas ma surprise en voyant apparaître la photo, pas un bougé (ou alors très léger), en plus un champ bien plan sur le format APS-C.
Une seule pose de 120 secondes à 3200 iso:

Content de ce résultat, je décidais de faire un essai sur M27. J'ai donc pris 40 clichés de 30s chacun. Et là j'ai quand même du rejeter 14 clichés sur 40, car affectés d'un léger défaut de suivi. Ce qui est normal, c'est du à la forme de la courbe d'erreur périodique. Avec des poses de 2mn j'aurais eu environ 50% de déchets. Et voilà le résultat:

Bon, cela manque de lumière et de temps de pose (ne pas oublier que c'est du F/D15 quand même !), mais vu les conditions de transparence, cela ne servait à rien de continuer à poser, d'autant plus que M27 disparaissait derrière la cime de mon sapin ! En plus le centrage n'est pas bon; quand je m'en suis rendu compte j'avais déjà lancé la séquence automatique de prise de vues (appareil photo piloté par "Eos Utility" sur PC portable). Je referai cela lors d'une prochaine nuit plus transparente.

Mais le résultat est là: le champ est relativement bien plan. La formule optique du Maksutov permet de se passer de correcteur. Et la monture est apte à faire de l'astrophotographie en "ciel profond".
Le potentiel est là, maintenant il va falloir l'exploiter !

Les clichés ont été pris en format RAW, ceux de M27 additionnés sous DeepSkyStacker avec 6 Darks (pour supprimer les pixels chauds).
L'appareil photo n'est pas défiltré, d'où la pauvreté des nébulosités rouges H-alpha.
Les images ont été fortement réduites en format, mais les largeurs restent plein champ. Largeur du champ photo 24 minutes d'arc.


M27 le 3 juillet 2014 ...

Cette image est le résultat du test de la régularité du suivi (sans autoguidage) de ma nouvelle monture Heq5pro, et de la modification de ma lunette 80ED. C'est la partie centrale pleine résolution d'une image plein champ bien plus grande. Conclusion: le suivi est bon (pas de déchets sur les 30 poses) et la souplesse d'emploi de la mise au point démultipliée ainsi que du blocage de la mise au point me facilitent la vie !

Conditions de prise de vue:
- lunette 80ED Skywatcher (D= 80mm F=600mm)
- monture Heq5pro sans autoguidage.
- Canon 500D, 30 poses de 30s à 1600 iso. Darks.
- Addition DeepSkyStacker et niveaux Gimp.

Le 500D n'est pas défiltré ce qui ne fait pas vraiment ressortir les couleurs rouges des nébulosités.
La couleur rouge-orangée du fond de ciel est due à la pollution lumineuse des lampadaires de mon village, les prises de vues ayant été effectuées dans mon jardin.


Nuages noctulescents le 22 juin 2014 ...

Une transparence exceptionnelle pendant cette nuit la plus courte de l'année. En rentrant d'une soirée d'observations, et en allant fermer le portail, mon regard fut attiré par de fins nuages lumineux en direction du nord-nord-est. Il était 3h35 du matin. Le Soleil était encore à 12° sous l'horizon.

La veille j'avais lu un article sur les nuages noctulescents, qui disait qu'on les voyait à des latitudes de plus en plus basses. Et je pense qu'il s'agissait bien de cela.

Ces nuages constitués de poussières météoritiques agglutinant de fins cristaux de glace, se situent à une altitude très élevée, plus de 80 km dans la mésosphère.

De ce fait le Soleil les illumine par le dessous, et du fait de leur haute altitude, sont visibles de très loin, là où il fait encore nuit.

C'est la première fois que je voyais de tels nuages, qu'on voit plus généralements dans les pays nordiques.

Le canon Eos500D fut rapidement placé sur un trépied, et quelques photos furent prises.
Poses de 10s à 400 iso avec zoom tamron 18-250mm (respectivement 55mm et 92mm).

L'image de Saturne ci-dessous a été prises quelques heures plus tôt directement au foyer du Mak180 (2700mm) avec la caméra Asi120mc couleur.

... et le 3 juillet 2014...

Le 3 juillet, vers 23h, je me préparais à faire la mise en station de ma monture équatoriale pour faire quelques essais. En regardant vers le Nord, j'ai à nouveau aperçu ces magnifiques nuages d'une teinte bleutée.

Le phénomène ne dura pas longtemps, mais j'eu le temps de le prendre en photo.

Pose de 4 secondes à 400 iso. Objectif Tamron 18-250mm réglé à 120mm.


Observations diverses du 5 juin 2014...

Voici Epsilon Boötis, encore apellée Izar ou Pulcherrima. Cette étoile double culmine assez haut dans le ciel en ce moment, dans la constellation du Bouvier.

Les deux étoiles sont séparées de 2,8", les magnitudes visuelles sont de 2,5 pour la principale et de 5,2 pour le compagnon bleu. Le couple est situé à 200 années lumière.

Télescope Maksutov 180mm, focale 2700mm. Caméra Asi120mc couleur. 300 images additionnées et traitées par Registax6 (légères ondelettes).

L'image est agrandie à 2x.

Pour changer un peu de la planète Saturne elle-même, voici ses cinq principaux satellites: Titan, Rhéa, Thétys, Dioné et Encelade.

Télescope Maksutov 180mm, focale 2700mm. Caméra Asi120mc couleur. Traitement par Registax6 (légères ondelettes).

L'image est réduite à 0,5x.

Turbulence assez prononcée ce soir-là, malgré tout quelques essais sur la Lune. A gauche, la vallée des Alpes, et à droite les Appenins.
Télescope Maksutov 180mm, focale 2700mm. Caméra Asi120mc en mode NB. Traitement par Registax6 (légères ondelettes). Les images sont fortement réduites.


Saturne le 18 mai 2014...

Saturne est une planète difficile à imager ctte année, car elle culmine à 24° de hauteur par rapport à l'horizon, pour ma situation géographique. Et à cette faible hauteur, la turbulence est toujours présente, ainsi que la diffraction atmosphérique qui sépare les couleurs. Heureusement qu'on peut recadrer les couches de couleur par logiciel.

Ce soir-là, il a fallu attendre minuit pour que la planète soit assez haute dans le ciel (23° seulement), pour l'imager dans des conditions acceptables.

Télescope Maksutov 180mm, focale portée à 7560mm. Caméra Asi120mc couleur. 200 clichés retenus sur 300. Traitement par Registax6 (légères ondelettes et recadrage RVB).

L'image est réduite à 0,75x.


Campagne Mars 2014...

Voici une petite carte résumant ma modeste campagne Mars 2014.
Cette campagne a commencée un peu tard, puisque mon matériel a été acquis une semaine après l'opposition de Mars.

Le premier cliché (200 images retenues sur 300), à gauche, a été fait le 16 avril à 23h08 locales. La turbulence était moyenne et Mars avait encore un diamètre de 15,2", ce qui est petit par rapport au 25" de l'opposition de 2003 !
On y voit très bien Syrtis Major et Sinus Sabaeus, ainsi que la dépression Hellas qui est bien gelée (au sud de Syrtis Major). Ce n'est pas la calotte polaire sud, qui est actuellement cachée pour nous, comme certains l'ont supposé. On y voit également les brumes matinales au lever du jour martien, à gauche sur le cliché.

Le deuxième cliché (710 images retenues sur 900), au milieu, date du 5 mai à 23h10 locales. la turbulence était moyenne à forte par moments et Mars a encore perdu en diamètre (14,2"). Olympus Mons a perdu pas mal de nuages (au centre légèrement à droite). Par contre il y a de plus en plus de nuages sur la planète.

Le troisième cliché (900 images retenues sur 1200), à droite, date du 18 mai à 22h49 locales. Le diamètre apparent de Mars n'est plus que de 13" et la phase est déjà bien gibeuse. La turbulence était moyenne.

Nota: Les images sont réduites de x0,75.

Prochain objectif, Saturne. Mais la planète est assez basse et elle ne dépassera pas 26° d'élévation. Ce sera turbulent ! En plus, à cette hauteur la diffraction atmosphérique sera de presque 2', et comme l'angle de diffraction de la composante rouge sera différent de la composante bleue, il va falloir recadrer les couleurs... on verra bien si le météo le permet.


Essai nouveaux matériels sur Mars le 16 avril 2014...

Mon nouveau télescope Maksutov Mak180pro Skywatcher (diamètre=180mm, focale=2700mm), ainsi que la caméra ZWO Asi120mc couleur (1280 x 960 pixels de 3,75µm), ont été inaugurés ce soir-là sur Mars. La turbulence était très gênante, mais quand on veut essayer de nouveaux joujous...
La focale a été portée à 7m56 par l'adjonction d'une barlow Klee de 2,8x. On pourrait nettement améliorer la qualité en prenant des vidéos de 1000 à 2000 images, mais mon ancien netbook EeePc n'a qu'une mémoire SSD de 16Go. Ce qui fait que je ne prends que 300 images par vidéo. C'est un peu frustrant. Bon maintenant il n'y a plus qu'à attendre une atmosphère un peu plus calme...
Images issues de vidéos de 10s et traitées par Registax6 (légères ondelettes et recadrage RVB).

Ci-contre, mon tout nouveau matériel acquis récemment et utilisé pour les prises de vues de Mars du 16 avril 2014:

- Maksutov Skymax180pro de 180mm d'ouverture et de 2700mm de focale, avec barlow Klee 2,8x pour augmenter la focale à 7560mm.

- Monture équatoriale HEQ5pro avec raquette Synscan pour le GoTo.

- Caméra Cmos couleur ZWOptical Asi120mc. Résolution 1280x960 avec des photosites de 3,75 µm.


La Lune du 10 avril 2014...

La Lune gibeuse le 10 avril 2014. Caméra Asi120mm au foyer (focale=600mm) de la lunette SW 80ED. Vidéos de 10 secondes à 30 images/seconde traitées sous Registax6.Mosaïque de deux images. Image réduite de l'originale.

La Lune le 10 avril 2014. Caméra Asi120mm (monochrome) au foyer (+ barlow 2,8x, focale résultante=1680mm) de la Lunette SW 80ED, vidéo de 10 secondes à 30 images/seconde, traitées sous Registax6. Image réduite de l'originale.


Nouveaux tests avec la caméra Asi-120MM...

Le 9 mars 2014, mise en évidence de la rotation de la planète Jupiter et du déplacement des satellites et de leur ombre en 1h10'. Au-dessus à 19h30, en-dessous à 20h40 locales.
Lunette SW80ED (80mm de diamètre et 600mm de focale). Utilisation d'une barlow de 2,8x, ce qui donne une focale résultante de 1680mm. Caméra Asi120mm (monochrome), vidéos de 10 secondes à 30 images/seconde, traitées sous Registax6. Découpages d'images pleine résolution 1980 x 960.

La Lune le 10 mars 2014 vers 20h30 locales. Traitements idem à ceux de Jupiter. Lunette SW80ED, 80mm de diamètre et focale de 600mm. Image au foyer.

Malgré la présence de la Lune j'ai voulu essayer cette caméra sur un objet, certe lumineux, du ciel profond: M42, la nébuleuse d'Orion.

L'image ci-contre , prise le 9 mars 2014, est un empilement d'une série de 20 images sous DeepSkyStacker". Le temps d'exposition est de 0,001s par image, ce qui fait une durée totale de 20ms ! Le gain de la caméra, à l'acquisition, a été poussé à fond (100%).

Lunette Skywatcher 80ED sur monture HEQ5pro.

L'image étant relativement saturée, il faudra diminuer le gain et augmenter les temps de pose... mais on remarque l'étonnante sensibilité de cette caméra !

Deuxième essai sur M42 le 20 mars 2014. Cette fois-ci le gain a été diminué à 77% et le temps de pose unitaire augmenté à 0,05s.

Cette image est le résultat de 60 poses + 20 darks, le gamma réglé à 50. Le prétraitement a été fait sous DeepSkyStacker". Le temps de pose total est de 3s.

Lunette Skywatcher 80ED sur monture HEQ5pro.

L'image est bien moins saturée et plus douce. On reconnait bien cette fois-ci les étoiles du Trapèze d'Orion au centre de la nébuleuse. L'image est en fausses couleurs.


Premiers tests caméra ZWOptical Asi-120MM courant février-mars 2014...

Cette caméra assez récente, possède un capteur Cmos MT9M034 monochrome. La résolution est de 1280 x 960 avec des pixels de 3,75 microns. Ce qui permet de faire de l'imagerie planétaire à haute résolution en utilisant des focales deux fois plus courtes pour une même résolution, par rapport à certaines autres caméras planétaires. Elle monte jusqu'à 110 images/seconde à 640x480, et permet encore 30 images/seconde à 1280x960. Elle est auto-alimentée par le port USB2 avec une consommation relativement faible, et possède un port d'autoguidage. Son poids de 100g et ses petites dimensions en font un instrument idéal pour tous les setup.
Chez moi, elle fonctionne parfaitement en association avec un petit Netbook EeePC 910. Aucune erreur de débit !
Les premiers clichés, ci-dessous, ont été faits avec des instruments très modestes, une lunette ED80 et un PST Coronado.

Jupiter et ses quatre satellites (de gauche à droite Europe, Io, Ganymède et Callisto) le 23 février 2014 vers 21h30. Vidéo AVI de 10 secondes à 30 images/seconde, composités par Registax6 avec un léger traitement par ondelettes. Lunette Skywatcher 80ED (80mm de diamètre et 600mm de focale), utilisation d'une barlow 2,8x ce qui donne une focale résultante de 1680mm.

Le 28 mars 2014. Caméra Asi120mm (monochrome) au foyer de la Lunt LT80S, 2 vidéos de 10 secondes à 30 images/seconde, traitées sous Registax6. Traitements et assemblage sous "The Gimp". Mosaïque de 2 fois 4 images. Image réduite de l'originale.
Une vidéo à gain normal pour le disque avec un traitement en négatif pour donner une impression de relief, la deuxième avec plus de gain pour faire ressortir les protubérances.